Immobilier

Frais achat immobilier : Frais de notaire, Frais d’agence et frais annexes

frais_achat_immobilier

Le budget d’une acquisition immobilière ne se limite pas exclusivement au prix de vente bien. Il prend en considération un ensemble de frais supplémentaires qui viennent alourdir le budget global de l’achat. Ces frais supplémentaires sont de divers ordres. Qu’il s’agisse des émoluments du notaire ou de la commission d’agence, nous vous proposons une analyse de l’impact financier de ces paramètres indispensables à la réalisation de votre projet d’acquisition immobilière.

Le coût de la maison

Le prix d’achat de l’immeuble est la variable qui détermine tous les frais liés. C’est le prix d’achat de la maison qui permettra de fixer les autres montants tels que : la commission de l’agence immobilière, les frais de notaire, la somme à emprunter, etc.

Il est donc important de négocier un prix d’achat le plus bas possible. Cela se fera d’accord parti avec le vendeur en tenant compte des indices de valeurs du marché. En cas de doute, vous pouvez vous référer à une expertise immobilière. Ce moyen implique toutefois de nouvelles dépenses financières.

De toute façon, il est important de réussir une acquisition à un prix avantageux. Car le prix d’achat d’un logement est la plus grande variable d’ajustement du coût total de l’investissement de sorte qu’une baisse de 10 % implique un gain de 20 % sur le coût total de l’opération.

Les frais de notaire

Les frais de notaire représentent environ 8 % du montant d’achat de la maison. Il est pris en charge par l’acheteur et est aussi appelé  frais d’acquisition.

A lire aussi :   Quels sont les inconvénients d'un viager ?

La partie la plus importante de ce montant qui correspond au droit d’enregistrement est destinée au trésor public. Les droits d’enregistrement, encore appelé les droits de mutation sont soumis à une même tarification unique quel que soit le lieu de la vente ou d’habitation du notaire. Ils varient en fonction du montant de l’achat.

En ce qui concerne les émoluments du notaire, la partie qui concerne ses propres commissions, ils sont calculés suivant un barème proportionnel au prix de vente du bien.

Les frais d’agence

Si l’immeuble est vendu par le biais d’une agence immobilière, les frais d’agence constituent un coût additionnel qu’il faut prendre en considération. Ils sont dus au prorata des prestations de l’intermédiaire de vente et sont au besoin négociable.

En fonction de la prestation fournie par l’agence immobilière, les frais d’agence varient entre 1 à 7 % du prix de vente de l’immeuble.

Le coût de l’emprunt

Près de 2 Français sur 3 financent leur acquisition grâce à un emprunt immobilier. Il permet de faire un prêt immobilier remboursable avec des intérêts et des frais annexes. Les frais annexes sont constitués des frais d’assurance, de dossier et des coûts des garanties de banque.

L’emprunt porte le plus souvent sur un complément de budget dans la mesure où la banque ne finance pas à 100 % les acquisitions immobilières. Les taux d’intérêt sont variables d’une banque à une autre. L’investisseur immobilier doit prendre le temps de jouer la concurrence pour avoir les meilleurs taux.

En ce qui concerne les frais annexes, ceux sont constituent aussi un paramètre variable. Il convient donc que l’investisseur évalue correctement toutes ces données pour établir le budget total de son acquisition immobilière.

A lire aussi :   Est-ce qu'un usufruitier est pleinement propriétaire de son bien ?

Les autres frais

Il s’agit essentiellement des charges fiscales, des coûts des travaux de remise en état du logement, des charges de copropriété et éventuellement des frais de déménagement.

  • En ce qui concerne les impôts, le notaire se chargera de faire les répartitions au moment de la conclusion du contrat d’achat. De façon concrète, l’acheteur ne sera astreint qu’au paiement de sa contribution de la taxe foncière repartie entre le vendeur et l’acquéreur. Les autres impôts étant à la charge du vendeur. 
  • Il est fort probable que le bien immobilier acheté demande quelques travaux de réfection. Les dépenses financières induites par ces travaux dépendent exclusivement de l’ampleur des travaux. Qu’il s’agisse d’une isolation de toiture d’un changement de plomberie, les frais occasionnés par ces réparations peuvent constituer un budget important qu’il faut bien prendre en compte dans le budget global de votre achat immobilier.
  • En ce qui concerne les charges et les travaux de copropriété, le principe est fondamentalement le même. C’est la personne qui est copropriétaire à la date d’éligibilité des charges qui doit payer les payer au syndic. Cependant, l’acheteur et le vendeur peuvent de façon contractuelle se comprendre sur une autre grille de répartition. Dans ce cas, l’acte de vente stipule des modalités de répartition. De façon générale, les travaux votés avant le compromis sont exclusivement à la charge du vendeur alors que ceux votés entre le compromis et l’acte authentique sont à la charge de l’acheteur s’il a reçu le pouvoir du vendeur d’assister à l’assemblée générale de copropriété en sa place. 
Article similaire
Immobilier

Quel est le coût d'une estimation immobilière ?

Immobilier

Comment estimer le prix d'un bien immobilier ?

Immobilier

Quel est le prix moyen d'un Garde-meuble ?

Immobilier

Quel salaire pour investir dans limmobilier locatif ?